Pleine Vie : Ils veulent sauver leur centre ville

Les cœurs de nos cités agonisent, tandis qu’en périphérie les zones commerciales fleurissent. Heureusement des artisans et commerçants, aidés de leurs élus, se mobilisent pour conserver leurs boutiques.

 

Pl-St-Leger-1140x640

L’heure est grave. Rideaux baissés, panneaux à vendre, rues désertées…Les centres-villes se dépeuplent de leurs commerçants et habitants. En périphérie, zones commerciales, parkings et lotissements poursuivent leur expansion. Le phénomène est national, au point que l’État a lancé, fin 2016, des actions de revitalisation de ces centres.

Un rapport de l’Inspection générale des finances publié à cette occasion tire la sonnette d’alarme sur le « taux de vacance commerciale ». Cet indicateur clé s’appuie sur le pourcentage d’échoppes fermées. À 5 %, tout va bien. Au-delà, la situation se dégrade. Or, en quinze ans, il est passé de 6% à plus de l0% sur un panel de 190 villes.« Les plus sinistrées comptent de 10 000 à 100 000 habitants, y compris celles qui gagnent en population » souligne Sylvie Fol, professeure d’urbanisme à l’université Paris 1. Et dans certaines cités, il y a le feu ! À Béziers, ce taux atteint 24 %, à Châtellerault et Forbach, il tourne autour de 22 %

 

 

Publié par Yves Deloison, le 01

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s